Les ouvrages “spéciaux”
La plupart des blockhaus ou ouvrages bétonnés ont un rôle de défense passive. Ils abritent les hommes et le matériel du feux de l’ennemi. D’autres sont armés et participent de manière active à la défense des positions. J’ai regroupé sur cette page quelques exemples d’ouvrages destinés à d’autres fonctions.
UN CENTRAL TELEPHONIQUE Après la prise de la butte de Montsec, des soldats américains examinent la “croix de fer” qui décore la façade de ce gros blockhaus.
De nos jours, ce puissant ouvrage, partiellement enterré, est envahi par la végétation. On reconnait les contreforts visibles sur la photo précédente, seule la “croix de fer” a disparu.
UNE ENTREE DE TUNNEL A l‘intérieur de ce blockhaus allemand, un important tunnel s’enfonçait sous la colline des Eparges.
UN BUREAU Il fait partie d’un ensemble d’ouvrages construits par les Allemands sur les hauteurs de Bouxieres-sous-Froidmont.
La bâtisse est aujourd’hui très abimée, mais les décorations de la façade sont intactes. On y trouve, entre un motif de colonnes, la “croix de fer”, l’inscription “schreibstube“ (bureau) et le n° du régiment “I.R.30”.
UN POSTE DE TELEGRAPHE OPTIQUE. La télégraphie optique est un système de télécommunication utilisant des rayons lumineux. Dans ce petit abri, l’appareil envoyait ses signaux au travers de Ia petite ouverture carrée visible sur un coté. Une seconde ouverture se trouve dans le mur opposé à la porte. Cet ouvrage permettait aux batteries d’artillerie de communiquer avec les P.C. et les observatoires. Il est visible à Burnhaupt-le-bas.
UNE GARE DE TELEPHERIQUE. On trouve en Alsace plusieurs abris de ce type. Celui-ci se trouve dans les lignes allemandes du Violu. Il abritait les moteurs qui actionnaient le câble du transporteur aérien.
UNE FORGE Tout comme en temps de paix, cet atelier était indispensable pour l’entretien du matériel. Ces ruines se trouvent aussi au Violu.
UN ABRI DE PROJECTEUR Cet ouvrage français servait d’abri à un projecteur mobile, chargé d’éclairer le ravin de Tavannes.
UNE ECURIE Cet abri, ainsi que les cinq suivants, se trouvent dans les lignes allemandes de l’Hartmannswillerkopf. On constate que les chevaux allemands (ou plutôt les mulets, puisque nous sommes en montagne) étaient bien installés.
UNE GARE DE TELEPHERIQUE Il reste encore à l’intérieur des vestiges de la machinerie. Ce type d’installation était très utilisé par les Allemands dans les régions montagneuses.
UN ABRI DE COMPRESSEUR. On l’utilisait pour fournir l’air comprimé nécessaire au fonctionnement des perforateurs mécaniques.
UNE CANTINE Les allemands, solidement implantés sur le pentes de l’Hartmannswillerkopf, n’ont pas lésiné pour améliorer la vie de leurs soldats. Cette bâtisse est certainement le vestige le plus imposant que l’on puisse admirer de nos jours.
Une autre vue de cet ouvrage unique, bâti sur deux niveaux. On remarque, par une des entrées du rez-de-chaussée, les tôles “métro” utilisées pour construire les blokhaus et les abris bétonnés.
UN BUREAU Ce schreibstube de forme arrondie porte sur sa façade un cartouche du LIR 124, c’est à dire du 124ème régiment d’infanterie landwher.
UNE CUISINE Parmi les nombreux vestiges allemands qui font la richesse de l’Hartmannswillerkopf, on trouve ce bâtiment qui faisait office de cuisine. On peut lire sur la façade cette inscription “küche - Erbaut 10 / L.I.R. 56” (cuisine construite par la 10ème compagnie du 56ème régiment d’infanterie landwher).
LA GARE D’ARRIVEE D’UN PLAN INCLINE Ce sytème ingénieux permet de hisser des charges sur un fort dénivelé, gràce à un appareillage composé de rails, de wagonnets et de contre-poids. Cette gare (dont il ne reste que la façade), est visible sur les pentes du Kleinkopf.
[./page_1blockpag.html]
Retour
[Web Creator] [LMSOFT]