Les postes de secours
Ces solides abris que l’on retrouve aujourd’hui, sont le plus souvent l’oeuvre des troupes allemandes, dont les services sanitaires étaient particulièrement bien organisés. Ils sont dotées de murs épais pour résister aux bombardements. Ils se composent de plusieurs salles. La circulation est facilitée par un couloir percé d’ouvertures, évidemment orientées à l’opposé du front. Dans certain cas, l’eau et l’électricité étaient présents, ce qui représente pour l’époque un luxe impensable. Souvent, des réseaux de voies ferrées étroites permettaient d’acheminer les blessés ou de les évacuer vers l’arrière. Toutefois, ces constructions étaient des exceptions. La plupart du temps, les postes de secours n’étaient que des abris improvisés, sans aucune protection ni commodité (sapes, caves, carrières...).Infirmiers et médecins y accomplissaient des prodiges dans les pires conditions.
TÊTE DE FAUX (68) Un poste de secours sur le versant occupé par les Allemands.
MANRE (08) Un autre poste de secours allemand le long de l’ancienne voie ferrée.
A l’intérieur, un couloir dessert les six pièces qui composent cet abri.
POPERINGHE (Belgique) Un poste de secours britannique, l”Essex Farm field dressing station”
APREMONT (55) Dans la forêt de Gobessart, cette important abri à demi enterré est connu sous le nom d’”hopital allemand”.
SAINT-MIHIEL (55) Le long de la route qui méne à Apremont, on distingue sur le bas-coté ce “Verdbandplatz” (poste de secours allemand).
LE LINGE (68) Le long de la route, un poste de secours allemand bâti en grès rouge des Vosges. On devine dans le disque blanc, les traces d’une croix rouge.
HARTMANNS WILLERKOPF (68) Cet abri allemand ressemble également à un “Verdbandplatz”.
LA MARE-AUX-BOEUFS (08) Malgré ses dimensions imposantes, cet hauptverbandplatz (poste de secours principal) passe pratiquement inaperçu sous une exhubérante végétation.
C’est lorsque l’on s’aventure dans cet hôpital que l’on apprécie vraiment ses dimensions inhabituelles.
Les services sanitaires allemands étaient très bien organisés. Un chemin de fer à voie étroite amenait les blessés directement depuis les premières lignes. Comme beaucoup de poste de secours allemands, l’électricité et l’eau courante était présents à l’intérieur, ce qui est remarquable, compte tenu de l’époque et de la proximité du front.
Cette entrée, aujourd’hui condamnée, est surmontée d’un fronton triangulaire décoré de la croix allemande.
Cet ouvrage tout en longueur est constitué d’une série de salles dont les accés sont protégés par un passage semi-couvert.
BARISIS (02) Ce poste de secours, baptisé “infirmerie du 215ème R.I.”, est aménagé dans une ancienne carrière de pierre. Le 12 mars 1918, douze soldats du 215ème R.I. furent ensevelis à l’intérieur par un effondrement. Ils reposent aujourd’hui quelques mètres plus loin, dans une fosse commune.
VAUDESINCOURT (51) Cet hôpital allemand, pratiquement enterré, se situe dans une friche, à la sortie du village.
De dimension modeste, il est constitué d’une salle unique, éclairée par trois petites ouvertures, et ne comporte qu’une seule entrée.
[./page_1secours2pag.html]
[./page_1blockpag.html]
[./page_1vestigespag.html]
Page suivante Retour sommaire BLOCKHAUS Retour sommaire VESTIGES
[Web Creator] [LMSOFT]