Les observatoires
On désigne par observatoire tout ouvrage établi de manière à offrir la meilleure vue sur les positions ou les activités de l'ennemi. Il permet selon les cas la surveillance des lignes adverses, des mouvements de troupes et la prévention des attaques. Il permet également à l'artillerie d'apprécier l'efficacité de ses tirs et d'y apporter les corrections si besoin. On trouve des observatoires de tailles et de formes variées, contruits avec une grande diversité de matériaux. Très souvent, un blindage protège les observateurs. Dans tous les cas, l’emplacement est déterminé avec le plus grand soin.
HARTMMANNSWILLER KOPF (68) Cet observatoire allemand occupe une position stratégique. Complètement enterré, seul le périscope dépasse.
Un autre observatoire dans le même secteur. On remarquera l’épaisseur des éléments de blindage démontables et les écrous qui permettent un assemblage rapide.
Vue intérieure d’un de ces observatoires. L’ouverture au plafond permet le passage du périscope.
AUBERS (59) Cette tour d’observation allemande se trouve aujourd’hui dans la cour d’une propriété privée.
Toujours sur la même commune, celui-ci se dresse au milieu des paturages. On trouve beaucoup de vestiges allemands dans le secteur.
VERZY (51) Cet observatoire français, dit du “Mont Sinaî”, offrait une vue remarquable sur les postions allemandes. Le général Gouraud, commandant la IVème armée s’y rendait régulièrement. Il est classé monument historique depuis 1922.
L’ouverture d’observation est surmontée d’une large visière soutenue par des étais en béton armé.
Vue arrière de l’observatoire. L’entrée est protégée par un auvent.
Vue intérieure. Le plafond est renforcé de rails de chemin de fer. Une estrade en béton place l’observateur à la hauteur de la fente d’observation.
Quelques mètres plus loin, on trouve un second observatoire, plus conventionnel ainsi qu’un poste de commandement et des éléments de tranchées.
FRELAND (88) Ce curieux ouvrage en grès rose des Vosges et dont la forme rappelle un balcon, permettait à l’etat-major allemand d’observer la ligne de front.
VAUQUOIS(55) Un observatoire bétonné dans les lignes allemandes. Le toit, dont on aperçoit encore les supports en fer, a certainement été récupéré par les ferrailleurs après la guerre.
[./page_1vestigespag.html]
[./page_1obser2pag.html]
Page suivante Retour
[Web Creator] [LMSOFT]