Les postes de commandement
Comme son nom l’indique, le P.C. est l’emplacement où s’établit l’état-major avec le personnel et le matériel de transmission indispensable à l’exercice du commandement.
VERDUN (55) Certainement le P.C. le plus célèbre, celui du Colonel Driant, dans le bois des Caures.
C’est proche de cet abri que fut tué le Colonel Driant, député de Nancy. Il subit avec son bataillon de chasseurs le déluge de feu et le déferlement des troupes d’assaut allemandes, aux premières heures de la bataille de Verdun. C’était le 21 février 1916.
NAMPCEL (60) Cette curieuse bâtisse qui servait de logement aux officiers allemands est connue sous le nom d’”abri du Kronprinz”
LES EPARGES (55) Un autre P.C. sur le versant allemand de la butte des Eparges.
MARBOTTE (55) Perdu dans la forêt, un curieux P.C. français, à deux niveaux souterrains et deux issues.
EMBERMENIL (54) Encore un P.C. allemand baptisé “Abri du Kronprinz” (nom donné au prince héritier de la couronne).
Cette bâtisse est étonnante par le soin apporté à sa décoration : frises, pilastres, losanges sur le fronton, plafond à caissons.
LIRONVILLE (54) Poste de commandement français très endommagé. Il est constitué de deux pièces voutées en tôle “métro”, recouvertes d”une épaisse couche de béton.
VARENNES-EN-ARGONNE (55) Cet ensemble de constructions allemandes est connu sous le nom d”abris du Kronprinz”. Malgrè cette appellation, on sait que le prince héritier n’y a jamais séjourné.
Un autre bâtiment du même ensemble. C’est un des sites les plus connus de la forêt d’Argonne. Son accés est balisé et carrossable.
VERZY (51) Ce poste de commandement se trouve à quelques mètres de l’observatoire dit “du Mont Sinaï”, sur la montagne de Reims. De cette position les Français avaient une vue de choix sur les lignes allemandes.
On notera la diversité des matériaux utilisés pour sa construction : Pierre maçonnée, béton, brique et fer.
D’épais murs porteurs en béton cloisonnent la pièce unique tout en permettant la circulation. Le plafond est renforcé de rails de chemin de fer.
A chaque extrémité de l’ouvrage, on trouve une entrée où l’on accède après avoir descendu quelques marches.
Trois soupiraux apportent un peu de lumière à l’intérieur tout en évitant le souffle et les éclats des obus qui pourraient tomber aux alentours.
[./page_1commandement2pag.html]
[./page_1blockpag.html]
[./page_1vestigespag.html]
Page suivante Retour sommaire BLOCKHAUS Retour sommaire VESTIGES
[Web Creator] [LMSOFT]